Notre histoire

Notre histoire

Histoire
d’une renaissance

Les origines de la Coopérative Nérolium remontent à la fin du XIXème siècle. L’industrie du parfum est alors en pleine expansion et les distilleries de Grasse exigent un apport de plus en plus important de matières premières. C’est ainsi que se créent les premières véritables cultures florales autour de la ville et que se développe la culture du bigaradier à Vallauris et à Bar-sur-Loup, où les conditions climatiques lui sont très favorables.

Mais, forts de leur pouvoir, les industriels parfumeurs imposent leurs conditions. Les propriétaires d’orangers bigaradiers décident de se regrouper en 1895 dans un syndicat agricole pour ne plus subir leur mainmise. S’inscrivant déjà dans le mouvement de l’économie sociale, l’histoire de Nérolium était née.

L’âge d’or

La coopérative regroupe la quasi-totalité des producteurs des Alpes-Maritimes, dont ceux de Vallauris qui possèdent désormais la plus importante plantation de bigaradiers du département. Elle est organisée en sections territoriales. En 1904, une première usine est créée à Golfe-Juan, avec salle de réception des fleurs, douze alambics, chaufferie et réserves d’eau.

Les champs s’agrandissent, les récoltes sont prospères, comme celle de 1912 avec plus de 2000 tonnes de fleurs ! L’activité bat son plein et ne s’arrête pas à la distillation de la fleur d’oranger. Le bigaradier offre de nombreuses autres ressources : jeunes pousses ou “brouts” utilisées en pharmacie et confiserie, oranges vertes, zestes…

En savoir plus

Malgré la guerre, les ventes d’eau de fleurs d’oranger se développent. L’usine de golfe-juan s’avère insuffisante. Une nouvelle unité de production, plus importante encore, est créée en 1920 à Vallauris avec 18 alambics. La culture du bigaradier connaît son âge d’or et la ville de Vallauris vit ainsi au rythme des cueillettes.

La culture du bigaradier connaît un âge d’or.

Le Virage

Mais le vent tourne…

S’enchainent la crise économique de 1929, la seconde guerre mondiale, les vagues de froid, la concurrence des pays du Maghreb, la pression foncière et l’urbanisation qui grignotent les terres agricoles, sans oublier l’arrivée sur le marché des produits de synthèse. D’années en années, les récoltes baissent et la production se réduit pour s’établir à ce jour entre 4 à 6 tonnes par an.

La renaissance

Néanmoins, les femmes et les hommes de la Coopérative ne cèdent pas. Conscients d’être les héritiers d’un savoir-faire unique, ils mettent tout en œuvre pour le préserver et le partager. Aujourd’hui, la Coopérative Nérolium, forte d’une cinquantaine de producteurs, poursuit la récolte de fleurs de bigaradiers et organise de nouvelles plantations à Bar-sur-Loup et au château Robert à Golfe-Juan. Sa production est entièrement consacrée à une grande maison de la parfumerie Française.

La Coopérative Nérolium a également su se diversifier en développant d’autres activités : confection artisanale de confitures d’agrumes, animations, ouverture d’un magasin à Vallauris et d’un écomusée à Golfe-Juan.

Elle reste pour cela fidèle à la mission qu’elle s’est fixée :
faire revivre, moderniser et partager un patrimoine unique en France.

nerolium logo
Devenir adhérent
Nos adherents: Bernard Porre
Nos adherents: Dominique Gaillard
Nos adherents: Eliane
Nos adherents: Fawzia
Nos adherents: Franz
Nos adherents
Nos adherents: Jacqueline
Nos adherents: Lucien
Nos adherents: Nadine
Nos adherents: Renaud
Comme eux, écrivez le futur de Nérolium !

Vous possédez des bigaradiers sur votre terrain ? Vous aussi, vous pouvez rejoindre notre coopérative, perpétuer sa tradition et participer à son renouveau. Vous partagerez un pan de son histoire. Mieux, vous écrirez son avenir à nos côtés.

ante. Sed vel, Phasellus quis amet, velit,